Tribune libre


Construire les relations entre les générations : l’importance de la famille. Pierre Caro


Climat, vaccin … et délinquance ! Pierre Caro
Création d’un lieu « Pôle bien vivre : santé, environnements, société ».


Trois textes sur les marionnettes : Sylvie, Jorge et Dominique.


Stupeur et chambardements (suite), Michèle Guillin-Hurlin



A propos de la pandémie


L‘APRES SE PREPARE MAINTENANT
Texte de Gilles Vigneault


Il n’y a pas que le coronavirus… (25/04)
Du droit de vieillir…. (03/05)
Nouveaux textes de Michèle Declerk


Paris au temps du corona…
Nouveau texte de Raymonde FERRANDI

« Papy fait de la résistance »
Texte de Michèle Declerk, 19 avril 2020


Rien ne sera plus comme avant, 6 avril 2020

Texte de Geneviève BOBIOR-WONNER


RÉFLEXION D’UNE CONFINÉE, 4 avril 2020


Paris au temps du corona
Texte de Raymonde FERRANDI


Le calme retrouvé ?
Texte de Melpomène


Action IN(tervention) ψ (chologique)
Avec différents partenaires, nous avons lancé une action d’accompagnement psychologique solidaire sur le plan national et international en lien avec la situation actuelle. Maria do ceu ALVES


« Triage » des patients
Texte de Clara Wajs

Voici une intéressante réflexion éthique sur la question du « triage » des patients, abordée en Italie et où référence est faite au livre dirigé par Emmanuel Hirsch « Pandémie grippale : l’ordre de mobilisation ». Comment ne pas conclure qu’un débat public éclairé est nécessaire ?
La question se posera aussi pour les patients de la PASS (permanence d’accès aux soins de santé)… Même débat.
theconversation.com/coronavirus-et-triage-de-catastrophe-faudra-t-il-choisir-qui-sauver-et-qui-laisser-mourir-133422

The Conversation

Gouverner, c’est prévoir »
Préparer une crise de santé publique
« Le Centre opérationnel de gestion des crises sanitaires (HEOF: Health Emergency Operations Facility) doit permettre à la Commission d’avoir une vue d’ensemble des phénomènes de pandémie et d’épidémies, de fournir des informations et des données. Il doit également faciliter la communication entre les gestionnaires de crise des 25 États membres, ceux des pays associés, les organisations sanitaires internationales et les professionnels des urgences médicales. « Extrait du rapport de Michel Barnier à la Commission européenne en mai 2006 « Pour une force européenne de protection civile: EUROPE AID « 
https://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/dv/rapport_barnier_20060508_/rapport_barnier_20060508_fr.pdf

Le plan à l’horizon 2010 n’a pas été suivi d’effets. Au vue des coûts engendrés par la crise actuelle, une nouvelle réflexion sur ce thème s’impose, mais débouchant sur des actions concrètes.

Et aussi :
-Bill Gates: La prochaine épidémie ? Nous ne sommes pas prêts, TED, 3 avril 2015 https://www.youtube.com/watch?v=6Af6b_wyiwI
Coronavirus : la science française ne marche pas dans l’urgence !
https://universiteouverte.org/2020/03/04/coronavirus-la-science-ne-marche-pas-dans-lurgence/

Pierre Landry


Actuellement à Abidjan
Texte de Aissatou Diallo, 24 mars 2020



Nous faisons face à une crise jugée « inédite »…
Texte de Clara Wajs, 24 mars 2020


C’était aux temps… du coronavirus
Texte de Michèle Declerk, 24 mars 2020


Texte du Dr. Barthélemy TANOH, 24 mars 2020 :


Quand Univers et Coronavirus discutent…
Texte de Sylvia BEL, 24 mars 2020


Je suis une Africaine, plus précisément une Togolaise qui vit en France.

Face à ce terrible virus qui mène la vie difficile à nous tous, dans tous les continents. 
Confinement des populations pour faire reculer le coronavirus. 
Restons solidaires en cette période très dure pour tout un chacun.
Le coronavirus n’a pas de frontières. Il atteint les quatre coins du monde.
Nul n’est épargné.

Protégeons-nous et protégeons les autres.
C’est la responsabilité de chacun d’entre nous. 
Combattons-le tous ensemble. 
Beaucoup de patience et de courage face à ce virus .

Julie , 22 mars 2020


Ce que nous vivons est une invitation ou plus, une provocation (provocare signifie appeler au-dehors) à regarder autrement.

Notre vie, la vie dans une histoire de l’homme en millions d’années.
La mondialisation.
Les défis de notre monde.

Et si chacun formulait dans sa contribution une proposition au moins ?

Pour moi, ce serait trois propositions de réflexion :
– L’écologie dans toutes ses dimensions
– Lutter contre toutes les formes de pauvreté
– Ne pas confondre enseignement et éducation. Une éducation tout au long de la vie.

Illusion ? Non, je pense être lucide sur les illusions.
Jules Verne a dit : « Tout ce qui s’est fait de grand dans le monde, s’est fait au nom d’espérances exagérées »

ALORS ?
Oui pour un ouvrage de toutes nos contributions.
Pourquoi pas en juin ou en octobre une journée de présentation, de débats et d’actions concrètes ? Une journée relayée par des rencontres locales, régionales et par pays. Et pour cela, valoriser l’usage de ce site.

Michel, 22 mars 2020


Le Déserteur
Version 2 de « La Grande Peste »

à celles et ceux qui ont connu, et aimé les longues plages désertes de notre Nouvelle Aquitaine
à Boris Vian
« tout le monde le savait, sauf les morts »
Albert Camus

J’ai allumé
la télé
pour connaître l’heure de ma mort
ils savaient pas, alors,
ils ont créé un Comité
    Scientifique
    d’Experts
    d’Éthique
    de Solidarité Patriotique
et ils m’ont dit : ne vous inquiétez pas
on va délibérer

J’ai fermé
la télé
parce que le ciel était très bleu,
les mimosas en fleurs
et j’ai pris mon auto, contourné
les barrages de flics,
et je suis arrivé à la mer.

L’océan était calme,
doux le sable,
blonde la dune,
et le soleil brillait comme jamais ;
les femmes auraient été très belles,
s’il y en avait eu

J’ai regardé la mer
me suis assis au bord de la baïne
et attendu.

    Puis, la marée montante.

À la maison, une lettre,
    du Comité d’Experts
    Scientifique
    Éthique
    Patriotique

villebramar, 18 mars 2020
repris le 21 mars, printemps 2020


L’écologie est un sujet à controverses.

Le 1er juin 2019 le Figaro magazine publiait une enquête sur Bangalore et la pénurie d’eau (rien ne va plus) alors que le 14 juin il titrait « Santé : Arrêtons de nous faire peur » (ce n’est pas si grave) ce qui est révélateur de la manière dont les médias abordent ce sujet.

Depuis le siècle des Lumières, les êtres humains pensent pouvoir dominer la nature à leur avantage et que les applications de la science pourront corriger nos excès. Pour cela, une condition serait d’établir des accords comme ceux de Paris entre les États.
https://www.gouvernement.fr/action/la-cop-21

D’autres dénoncent un comportement d’apprenti sorcier et pensent qu’il est déjà trop tard dans la filiation du Club de Rome.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_Rome

Enfin les Nations Unies essayent de promouvoir une démarche plus responsable avec les 17 objectifs de développement durable (ODD) pour sauver le monde intégrant la complexité du problème du fait de l’interaction des facteurs le constituant.
https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/

À titre personnel, on peut changer ses habitudes (habitat, alimentation, mobilités, déchets) pour mieux respecter la nature et pondérer ses croyances au vu des résultats de la recherche scientifique (chasse aux idées erronées), en agissant comme dans la belle fable du colibri popularisée par Pierre Rahbi. https://www.colibris-lemouvement.org/

À titre collectif, on peut encourager des initiatives comme celle de la commune écologique de Langouet qui innove avec ses habitants. https://www.langouet.fr/

Comment engager des débats sans tomber dans la caricature ?

Deux ateliers du CIS.H abordent ce thème : « Ecosophie pour l’anthropocène » et « Sciences comme quête de la vérité ».

Pierre Landry
25/10/19